PSI ET UFOLOGIE, par Pascal Michel, Psitt N26, 1984

Ce texte représente la rédaction du cours du 9 mars 1983, donné par le GERP pour la session 82-83.

 

Dans la série cours du GERP, ce cours fait suite à ceux de François Favre sur les apparitions et de Claude Maugé sur les OVNI. Son but est de présenter un parallèle entre la parapsychologie et l'ufologie. Seront abordées leurs différences, puis leurs convergences, selon une approche historique, puis au niveau des phénomènes. Enfîn deux cas précis seront présentés, qui montreront que la subtilité des arguments apportés par les ufologues et les spirites pour défendre leurs croyances ne cèdent en rien à celle des arguments apportés par les parapsychologues pour défendre les leurs.

I. Les différences entre ufologie et parapsychologie.

1) Historique

Tandis que la parapsychologie est une vieille discipline, l'ufologie est une discipline récente.

Le mot "parapsychologie" a été introduit en 1889 par l'Allemand Max Dessoir, et repris en 1934 par Joseph B. Rhine, auquel il doit son extension actuelle.

Le mot "ufologie" date, quant à lui, des années 1960. Il provient de l'anglais UFO, abréviation de "Unindentified Flying Object", c'est-à-dire Objet Volant Non Identifié.

L'étude des phénomènes parapsychologiques remonte à la fin du XIX siècle. Depuis cette époque, des groupes entiers de phénomènes, comme ceux liés aux grands médiums à effets physiques, ont eu le temps d'apparaître puis de disparaître. La théorie a eu le temps de se développer au point d'atteindre une phase de saturation dont sont témoins les Congrès Internationaux des années 1920.

L'étude des OVNI remonte par contre à 1947. Ainsi, alors que plusieurs générations de chercheurs ont étudié les phénomènes parapsychologiques, une bonne partie des ufologues actuels ont été les témoins des débuts mêmes de leur discipline.

2) Approches utilisées

Longtemps, parapsychologie et ufologie n'ont pas retenu les mêmes hypothèses ni utilisé les mêmes disciplines scientifiques.

L'hypothèse préférée des ufologues a longtemps été l'hypothèse extra-terrestre (abréviation : HET) : les OVNI sont pilotés (HET au premier degré) ou envoyés (HET au second degré) par des extra-terrestres. Les disciplines sollicitées ont par conséquent été l'astronomie, et l'étude spéculative de la vie extra-terrestre (ou exobiologie).

L'hypothèse préférée des parapsychologues est toujours d'attribuer des "pouvoirs" à des êtres humains ou à des groupes d'êtres humains, que ces pouvoirs soient ou non réductibles à des processus physiques inconnus. Des expériences statistiques ont été utilisées, selon une méthodologie inspirée des sciences de la vie et de la psychologie.

3) On peut faire quelques remarques sur les différences aux niveau du caractère spectaculaire et du nombre de manifestations des phénomènes psi et OVNI.

Les phénomènes qui ont lieu au cours de rencontres rapprochées avec un OVNI sont souvent beaucoup plus étranges, "magiques", que leurs analogues décrits dans la littérature de fiction. Au contraire, les phénomènes psi sont moins spectaculaires, plus proches de la vie quotidienne, que les descriptions de fiction que l'on trouve dans les films cinématographiques ou les romans, où l'on voit des "sujets psi" détruire des villes entières.

Les sondages révèlent que les phénomènes OVNI sont, à caractère spectaculaire égal, beaucoup plus nombreux que les apparitions du ressort de la parapsychologie.

II. Les liens entre parapsychologie et ufologie

1) Jung :

Historiquement, le psychologue Carl Gustav Jung est l'un des premiers à avoir établi un lien entre les phénomènes psi et les phénomènes OVNI, en employant le même mot de "synchronistique" à propos des deux types de phénomènes.

Les ufologues n'ont cessé de se référer à son livre : Un Mythe moderne (traduction française : Gallimard, 1961), que ce soit pour s'en réclamer ou pour le critiquer.

2) Apparitions mariales :

Dans les années 1960, des articles dans la Flying Saucer Review ont attiré l'attention sur les similitudes existant entre OVNI et apparitions de la Vierge, comme par exemple la présence de disques lumineux dans les deux cas.

3) Jacques Vallée :

En 1969, le chercheur américain d'origine française Jacques Vallée, dans son livre Passport to Magonia (traduction française : Chronique des apparitions extra-terrestres, Denoël, 1972, reed. J'ai lu, 1974) a rapproché les OVNI des légendes du folklore mettant en scène des lutins. Il a contribué par la suite à rapprocher parapsychologie et ufologie.

4) Psi dans les rencontres rapprochées du troisième type

Les ufologues ont porté de plus en plus d'attention aux témoignages les plus étranges, auxquels ils donnaient initialement peu de crédit. Ils sont alors amenés à considérer des cas où phénomènes psi et phénomènes OVNI interfèrent : télépathie entre extra-terrestre et témoin, rêves prémonitoires d'apparitions d'OVNI.

5) Comme on a pu le voir dans les cours précédents, pour François Favre, les OVNI sont un cas particulier d'apparitions.

6) Pierre Viéroudy a défendu, dans son livre Ces OVNI qui annoncent le surhomme,Tchou, 1977), l'hypothèse que les OVNI sont des ectoplasmes produits par la société. Son argumentation reposait principalement sur des raisonnements statistiques aujourd'hui unanimement considérés comme sans valeur.

7) Michel Monnerie :

Cet ufologue enquêteur, qui est devenu de plus en plus sceptique, a émis au cours de son itinéraire l'hypothèse que les traces au sol laissées par les OVNI sont dues à la psychocinèse. (Et si les OVNI n'existaient pas ?, Humanoïdes associés, 1977).

8)A l'heure actuelle, certains ufologues s'intéressent de près à la parapsychologie. Des ufologues français sont en contact avec le GERP. Même si de nombreux ufologues penchent encore vers l'hypothèse extra-terrestre, tous sont convaincus que la parapsychologie peut être utile à l'ufologie.

Cependant les ufologues ne voient en la parapsychologie qu'une discipline auxiliaire à l'ufologie. Ils sont restés fidèles à l'hypothèse selon laquelle les phénomènes psi sont dus à des "pouvoirs" des êtres humains, et ne voient pas de liens profonds entre psi et OVNI.

9) Disciplines intéressant les deux groupes

- Sociologie

Les travaux récents de nombreux sociologues sur les milieux ufologiques et parapsychologiques ont intéressé ufologues et parapsychologues.

- Psychologie

La recherche de nouvelles méthodes d'étude des témoignages d'apparitions d'0VNI, de méthodes qui soient plus systématisées, a mené les ufologues a solliciter la psychologie.

- Psychanalyse

Depuis longtemps des psychanalystes se sont intéressés à la parapsychologie. Des parapsychologues ont d'autre part tenté de donner des interprétations psychanalytiques de cas spontanés. On trouve la même tentation en ufologie (voir Michel Carrouges, Inforespace n50, mars 1980, PP. 3-9).

10) Pierre Guérin :

C'est un ufologue français qui soutient l'implication d'extraterrestres dans certains phénomènes psi.

III. Caractéristiques communes des OVNI et du psi

1) Ostentation et caractère élusif.

C'est notamment l'ufologue Bertrand Méheust, dans son livre Science-fiction et soucoupes volantes (Mercure de France, 1978), qui a rendu populaire en France l'idée que les OVNI se montrent comme dans un spectacle. Un bel exemple de ce caractère ostentatoire est donné par l'analyse qu'a fait Eric Zurcher de l'arrêt des moteurs lors d'apparitions rapprochées d'OVNI (Les apparitions d'humanoïdes, Alain Lefeuvre, 1979, pp. 110-113). En effet, !es moteurs ne s'arrêtent que si cet arrêt précède l'observation de l'0VNI. Tout se passe comme si l'arrêt des moteurs n'était qu'un phénomène secondaire destiné à éveiller l'attention du témoin pour provoquer la vision de la soucoupe. Il existe un cas où c'est une bicyclette qui est arrêtée, le cycliste pouvant pédaler, mais sans pouvoir avancer.

En parapsychologie, Guy Béney considère comme une caractéristique du psi son aspect interpellatif, sa tendance à déstabiliser le témoin, c'est-à-dire à remettre en cause ses croyances.

Le caractère élusif des OVNI, c'est-à-dire la propriété de s'esquiver, de fuir la curiosité, peut être illustré par les nombreux cas où des témoins ne pensent pas à se servir de l'appareil photographique qui est à leur portée.

Le caractère élusif peut être plus subtil. Dans le célèbre cas de hantise de Rosenheim, étudié par Hans Bender, des fils de nylon avaient été tendus au travers des pièces pour retenir dans leurs chutes les tubes de néon qui quittaient leurs supports. Ces fils, visibles sur les photographies des lieux, ont été considérés par certains détracteurs comme des preuves flagrantes du caractère truqué des manifestations de Rosenheim.

Ainsi le caractère élusif des phénomènes paranormaux ne consiste pas seulement à être dans l'impossibilité de saisir fermement un phénomène pour l'amener devant un sceptique, mais consiste aussi à ne pas pouvoir éviter que, même dans les plus beaux cas, se glissent des points litigieux qui pourront plus tard être exploités par les sceptiques. Une remarquable illustration de ceci peut être trouvée dans la facilité apparente avec laquelle des ufologues sceptiques démolissent actuellement des témoignages d'apparitions d'OVNI considérés jusqu'ici comme inébranlables.

2) Les hypothèses classiques :

L'hypothèse extra-terrestre d'une part, et d'autre part les hypothèses souvent avancées par les parapsychologues, qu'on peut désigner du terme générique d'"inconscient collectif", et selon lesquelles certains phénomènes seraient provoqués de façon "psychique" par l'humanité, présentent des traits communs. Ce sont dans les deux cas des hypothèses assez floues, dépourvues de point d'attaque, réduisant un phénomène dont on sait peu de choses à un autre dont on sait encore moins. On peut dire, par opposition aux hypothèses de travail que l'on prend comme point de départ d'une réflexion, que ce sont des hypothèses de paresse, à partir desquelles il est difficile d'aller plus loin.

3) La mort

Les phénomènes OVNI ou psi provoquent très rarement la mort. L'ufologie ne connaît que deux cas sud-américains douteux : un homme atteint de leucémie après avoir été touché par un rayon provenant de l'OVNI sur lequel il venait de tirer un coup de fusil, et un homme dont le corps se décompose brutalement. Les poltergeists blessent parfois des témoins, rarement de façon grave, mais ne tuent jamais, à moins que l'on adjoigne à ces cas certaines combustions spontanées. La sexualité aussi est très rare dans les phénomènes paranormaux. Cette rareté rend plus ou moins difficiles à soutenir les hypothèses faisant plus ou moins directement appel aux propriétés de l"inconscient".

4) La peur

Sans être universelle, la peur se rencontre très fréquemment chez les témoins.

IV Deux cas précis

1) Le cas de Barney et Betty Hill : (Voir Thierry Pinvidic, Le noeud gordien, France-Empire, 1979, pp. 27 à 39)

Ce sont les héros de l'une des plus célèbres histoires d'enlèvement par un OVNI. Soigné en 1964 par un psychiatre, Barney Hill raconte sous hypnose cet enlèvement qui a eu lieu en 1961. Sa femme Betty, toujours sous hypnose, confirme et raconte ses conversations avec les extra-terrestres.

C'est un détail de ces conversations qui rend ce cas hors du commun. En effet les extra-terrestres ont montré une carte du ciel à Betty Hill, que celle-ci reproduit sous hypnose. Cette carte est publiée en 1966, et une jeune passionnée d'astronomie, Marjorie Fish, découvre que, si l'on fait l'hypothèse que le ciel représenté sur la carte est le ciel visible depuis la planète d'origine des extra-terrestres, alors c'est près des étoiles zêta 1 et 2 de la constellation du Réticule que se trouve cette planète.

Plusieurs astronomes vont s'emparer de cette affaire. L'un refait sur ordinateur les travaux de Marjorie Fish. D'autres font des études statistiques sur la corrélation entre la carte dessinée par Betty Hill et la carte du ciel vue de zêta 1 et 2 du Réticule. Un chercheur trouve une autre configuration d'étoiles ressemblant à celle de la carte de Betty Hill. En décembre 1974, un numéro spécial de la revue Astronomy rassemble les diverses prises de position.

L'histoire ne s'arrête pas là, mais il n'est pas nécessaire de citer les recherches des ufologues américains ni les déclarations ultérieures de Betty Hill pour se rendre compte de la complexité de l'affaire. L'enjeu de celle-ci est bien sûr l'hypothèse extra-terrestre. De nombreux chercheurs ont soutenu que Marjorie Fish a bel et bien apporté la preuve de l'origine extraterrestre des OVNI.

2) Un cas spirite

Le spirite Ernest Bozzano (voir l'appendice de La médiumnité polyglotte, Ed. Jean Meyer, 1934) rapporte un cas qui s'est produit en 1931, dans lequel, par la bouche du médium, une princesse babylonienne, épouse d'un pharaon égyptien, raconte sa vie. Cette princesse donne de nombreux renseignements sur son époque, qui se sont révélés exacts après de longues enquêtes. De plus, elle se met à parler la langue égyptienne de l'époque, dont des phrases sont transcrites phonétiquement et envoyées à un égyptologue.

Celui-ci envoie des réponses, et un dialogue s'instaure. L'égyptologue pense avoir ainsi acquis des enseignements nouveaux sur la langue utilisée.

Dans les années 1930, les spirites sont déjà sur la défensive, et leur principale préoccupation est de trouver des cas qui ne peuvent pas se réduire aux hypothèses avancées par les métapsychistes. Il s'agit donc ici d'éliminer l'hypothèse d'une transmission télépathique entre le médium et l'égyptologue. Or une telle hypothèse est éliminée, d'après Bozzano, notamment par le fait qu'à une phrase préparée par l'égyptologue, signifiant : "Salut à toi", la princesse répond : "Protégés, nous le sommes", donnant ainsi un sens autre que celui prévu par l ' égyptologue au mot égyptien voulant dire à la fois "salut" et "protéger".

V. Conclusion :

Les précédents cours de cette série ont dû familiariser les participants avec les arguments avancés par les parapsychologues pour s'approprier divers secteurs du paranormal. Les deux cas précédents n'ont d'autre prétention que de montrer que certains arguments avancés par des chercheurs provenant d'autres disciplines d'étude du paranormal, arguments fondés ici sur la distribution dans l'espace des étoiles proches pour ufologie, et sur un double sens en égyptien ancien pour le spiritisme, ne sont pas moins complexes ni moins subtils que ceux avancés par les parapsychologues.

Il ne faut donc pas sous-estimer ces autres disciplines. En particulier l'ufologie, discipline jeune et portée par une hypothèse qui a un puissant impact populaire, mérite d'être étudiée sur un pied d'égalité avec la parapsychologie.

Accueil GERP